« Bonnes gens « …

En ce 600ème anniversaire de la mort du frère prêcheur Vincent Ferrier et à la veille des ordinations sacerdotales, le parvis de la cathédrale de Vannes sera le théâtre d’un évènement inédit : un concours de prédication devant la foule sur « les fins dernières ». 

Pendant ce temps-là, à Ploërmel, quelques heures avant l’inauguration et la bénédiction de la statue de Saint Jean-Paul II, d’autres missionnaires du Christ prêcheront dans les rues, témoignant de leur foi et annonçant l’amour de Dieu à leurs frères, entre la chapelle des Frères de La Mennais et l’église paroissiale. Ils seront accompagnés des reliques de Saint Vincent Ferrier, de la communauté du Verbe de Vie et du groupe de louange de Ploërmel.

 

Nous vous invitons à saisir cette opportunité de venir annoncer l’Evangile, de témoigner de votre audace apostolique, de faire l’expérience de la joie dans le dépassement et le don de soi. Le monde réclame des évangélisateurs qui lui parlent de Dieu !

Au programme(voir pièce-jointe)   : accueil des reliques à l’église St Armel vendredi à 18h30, eucharistie, suivie d’une veillée à 20h30 (spectacle dédié à St Vincent Ferrier, vénération des reliques et adoration du St Sacrement – animé par la communauté du Verbe de Vie). Samedi, à partir de 9h30, chez les Frères de La Mennais : louange, formation à la mission d’évangélisation proposée A TOUS. L’après-midi, nous partirons en mission dans les rues de Ploërmel, pendant que les reliques du saint et le St Sacrement seront exposés dans la chapelle des Frères (temps de prière animé par le groupe de louange de Ploërmel), avant de nous retrouver à 18h30 sur la place Jean-Paul II pour l’eucharistie et la bénédiction de la statue du Saint par notre Evêque, Monseigneur Centène.

VENEZ NOMBREUX – LE CHRIST VOUS APPELLE

Une Eglise « en sortie »
Comment faire résonner la Parole avec force et interpeller les personnes ? Dans Evangelii Gaudium, le Pape François nous dit : « quiconque veut prêcher, doit d’abord être disposé à se laisser toucher par la Parole et à la faire devenir chair dans son existence concrète. De cette façon, la prédication consistera dans cette activité si intense et féconde qui est de « transmettre aux autres ce qu’on a contemplé » (…) Le monde réclame des évangélisateurs qui lui parlent d’un Dieu qu’ils connaissent et fréquentent comme s’ils voyaient l’invisible ». 
Les prédications publiques ont connu un extraordinaire essor dans les derniers siècles du Moyen-Âge. Instrument de Dieu et serviteur de Sa Parole, saint Vincent Ferrier est la figure même du grand prédicateur ; en territoires catalan, italien, suisse ou encore breton, il faisait mouche sur ses contemporains avec une prodigieuse efficacité. Du laboureur au magistrat, en passant par les artisans, le vagabonds ou encore la noblesse, des foules de toutes catégories – affluaient par milliers pour l’entendre exhorter, enseigner et prêcher la conversion, sur les places publiques, à la ville comme à la campagne, dans les églises ou en plein air. 
« La confiance en l’Esprit Saint qui agit dans la prédication n’est pas purement passive, mais active et créative. Elle implique de s’offrir comme instrument (cf. Rm 12, 1), avec toutes ses capacités, pour qu’elles puissent être utilisées par Dieu ». Evangelii Gaudium (n°145).