Le commentaire d’évangile est écrit par le P. Joseph Proux. Publié en février 2015
il est vivant wikicommons

Pour notre parcours du carême 2015, nous avions espéré vous proposer les commentaires des évangiles des dimanches du carême. Ces homélies auraient dû être rédigées par les frères Dominicains présents en Irak. Mais un travail titanesque les a mobilisé et les mobilise encore. Les djihadistes viennent de décider de brûler tous les ouvrages qui ne traitent pas de l’Islam… ! Le père Nageeb Mekhail, op et ses frères, ont pu sauver près de 50 000 livres de cet autodafé sans précédent. A présent, ils répertorient et numérisent cette masse de documents dans un bâtiment discret de la banlieue d’Erbil. Depuis 1990, 8000 ouvrages ont déjà été numérisés, et sont donc, presque, à tout jamais hors de portée des flammes et des barbares. Il en reste plus de 40 000 ! Et combien hélas sont perdus… Chacun comprend aisément l’urgence de ce travail, qui associé à l’accueil d’urgence, les aides diverses qu’ils continuent aussi de prodiguer, occupent totalement nos frères dominicains. (source)

Il est vivant !

En ce jour de Pâques, nous célébrons la Résurrection du Seigneur. « La mort et la vie s’affrontèrent en un duel prodigieux. Le Maître de la vie mourut ; vivant, il règne », dit le cantique de la messe. Pâques est la victoire de la Vie qui irrigue notre quotidien déjà habité par la résurrection.

Christ est passé à la Vie

Une des significations du mot « Pâque » en hébreu est «passage ». Ne confondons pas Résurrection et retour à la vie ! Le Christ n’est pas revenu à sa vie de Jésus de Nazareth, il est passé à la Vie dans la gloire du Père. La foi en la résurrection, celle du Christ et la nôtre, est comme un phare qui nous indique la direction à prendre, à l’écart des récifs de la peur, du néant et du désespoir. Nous vivons au milieu des tombeaux, affrontés chaque jour à la mort de nos proches et de nos amis, affrontés à notre propre mort qui avance aux petits pas de nos maladies et de notre vieillissement. L’espérance chrétienne nous établit dans la confiance totale en la parole de Jésus : «Celui qui vit et croit en moi ne mourra pas pour toujours ». Notre espérance en Christ n’est pas «pour cette vie seulement » : elle est une porte ouverte sur la vie éternelle.

Nous sommes passés de la mort à la Vie

Paul écrit aux chrétiens de Colosses : «Vous êtes ressuscités avec le Christ ! » comme si notre entrée dans la vie éternelle était déjà accomplie, même si nous n’y sommes pas encore. La résurrection est en marche lorsqu’un homme ou une femme surgit de son tombeau de haine et de violence, quand il s’arrache à la rancune qui le ronge. La résurrection est à l’œuvre quand un homme ou une femme se libère du tombeau de son péché et accueille dans sa vie la joie du pardon de Dieu. La résurrection se manifeste lorsque quelqu’un se dégage de l’emprise de l’alcool, de la drogue ou d’une sexualité dévoyée. La résurrection est semée quand un homme ou une femme abandonne le tombeau de son échec, pour croire encore à la vie, au bonheur, à l’amour et à lui-même tout simplement. La résurrection fait signe par une main tendue, dans la compassion solidaire, dans l’aide gratuite et le service rendu, par l’indifférence vaincue et par le geste de paix. Nous pourrions prolonger cette liste des tombes vides où brille la lumière du Ressuscité de Pâques. Vivons-nous en ressuscités ?