Dieu a faim et soif de notre pauvreté et pas du superflu, du clinquant./…l’Eglise doit apprendre à offrir…son indigence, son péché, son humanité dans une grande humilité. Elle doit apprendre à ne pas avoir peur de mourir pour revivre…/…pour recevoir la nourriture éternelle qui se donne, sans fin, à ceux dont l’âme chante sa louange, à ceux qui croient à sa miséricorde, pour porter du fruit en abondance.

Homélie du dimanche 11 Novembre 2018 – (Lc 17, 1-6) – Abbé Thierry